Les Chemins du Médoc: Blog photo sur le Médoc
Un blog photo sur le Médoc

Des Moments magiques, des Lieux sublimes sur les Chemins du Médoc.
Quatre clichés et quelques mots pour égarer l’imagination.

Derniers articles

Journal

Passer derrière l'Ecran 2

D'autres Matins, il faut regarder par la fenêtre de la cuisine, se demander si la Lumière sera belle. Une incandescence encore timide pointe, alors il faut vite prendre le Chemin qui mène vers elle. Arrivé tout au bout, c'est la récompense. La Luminosité s'est répandue partout, jusque dans les hautes herbes.C'est à cet instant là, que l'on passe une fois encore derrière l'écran..

Journal

Passer l'Ecran

Ces chemins-là vont tout droit. Ils n’en finissent pas de traverser les grands prés bordés de haies de Prunelliers, de Tamaris et de Ronces. Loin de tout, loin du bruit des Villages, ils mènent doucement dans un vieux film « western ». Magie de ces Paysages Médoquins, il ne faut pas beaucoup d’imagination pour passer derrière l’écran.

Intriguée, une Bergeronette vient à ma rencontre.
Plus loin, aussi curieuses qu’accueillantes, des Blondes d’Aquitaine, les résidentes de ce lieu, sont venues à ma rencontre.
Silencieuses et immobiles, les Eoliennes attendent patiemment le vent. 
A la fin de la séance, je suis allé voir les Tradinaires afin qu'ils fassent cabrioler les Mots en Occitan sur leur grand tableau noir. Merci à eux.

Journal

Un grand Moment de Liberté

Il fallait prendre la Route qui longe la Mer au milieu des Dunes, puis descendre par le Chemin qui mène à la Plage. Le Ciel pâle de cette fin de journée s'est alors enflammé. L'Estran envahi de Lumière, il devenait possible de marcher, voler, courir au milieu des Nuages. Un grand moment de Liberté comme on sait les prendre ici...

Journal

Après l'averse, le Phare.

Ce début Mai, le temps est Gris, pluvieux. Le Vent de Nord-Ouest souffle fort. Les Vagues font la course vers la Plage où il n'y a pas âme qui vive. Elles s'enroulent, se déroulent et s'étirent sans fin. Les Nuages filent vers l'Estuaire. Une Averse s'abat sur la Forêt de grands Pins qui longe la Dune. L'ondée passée, le Ciel s'éclaircit. Alors au milieu des Vagues, Cordouan se montre...

Journal

Les Aubes Médoquines

Je ne me lasse pas de ces  Aubes qui aux bords des chemins, ferment la Nuit avec fracas. Puis, au fil des minutes qui s'égrainent, la Lumière change peu à peu, doucement, silencieusement. Le Jour se lève. J'essaye de comprendre.... mais sans plus. Il faut simplement profiter, ne rien rater.

Journal

Les Marais d'Avril

Dans les Marais d’Avril, les Roselières perlées de rosée dessinent des ombres chinoises sur le brouillard matinal. La période de chasse est fermée. Les Tonnes sont désertées.
Sur les Mares, immobiles, les Appelants attendent la saison prochaine. Seules quelques Aigrettes et Spatules arpentent avec prudence et élégance le plan d’eau à la recherche de quelques écrevisses.
Un Mouette agacée par leur présence se manifeste bruyamment en voletant au dessus d'elles. Le vaillant Traquet Motteux sur le chemin du retour vers le Canada, se repose près d’une Pante toute proche...

Journal

Des Mots toujours présents.

Dans mes clichés se trouvent semble t-il des Mots oubliés, des Mots qui se baladent depuis toujours sur les Chemins du Médoc.
Des mots accrochés aux Roselières dans les Marais, des mots qui flottent sur les eaux de l’Estuaire, des mots qui roulent avec les Vagues sur la Plage, des Mots qui s’envolent avec les Oiseaux.
Des mots d’avant qui sont encore présents, éparpillés sur les cartes, dans les Landes, dans les Vignobles. Des Mots qui se cachent dans les Forêts de Pins. Des Mots qui se glissent dans les expressions des gens d’ici.
Des Mots qui réveillent les mémoires.

Los Tradinaires, des passionnés d’Occitan et de la langue Médoquine, ont attrapé ces Mots et les ont « cabriolé » comme ils disent.
Pour leur plaisir, pour notre plaisir, mais aussi parce que les mots d’hier ne veulent pas mourir et nous aident à comprendre le présent.

Régulièrement nous partagerons leurs Mots en publiant des articles en Occitan.
Nous commenceront demain avec "Los Marescs d’Abriu " ...

Journal

Le Lac Rose, Orange, Blanc...

Le Chemin longe la Rive pour arriver sur la petite Plage déserte. A peine levé, le Soleil joue des tours au Lac qui semble ne plus savoir qui il est, où il est. Au fil des premières minutes du Jour, les Couleurs éclatent, s'étalent, changent, se diluent, se séparent. Lac Orange, Lac Rose laqué de Blanc, Lac Blanc froissé de Bleu... Moi non plus d'ailleurs, je ne sais plus très bien où je suis. Mais je suis  venu ici pour vivre ce moment indescriptible, improbable, et je ne suis pas déçu....

Journal

La Rive de l'Estuaire s'éveille.

Nous sommes début Avril. Le Soleil apparait tout juste de l'autre côté de l'Estuaire. La Rive de ce côté-ci est déserte. Pas un Tadorne, même pas un Bécasseau sur le Vasard marbré de Lumière. Aveuglés, les Carrelets s'étirent sur leurs grands pieux. Immobile, le Phare de Richard rêve encore  des Bals d'hier et à ces Danseurs qui venaient lui tenir compagnie. Bientôt le Jour sera définitivement là. Il reprendra son rêve la nuit prochaine. Quant à moi, je vais reprendre les chemins qui traversent le Palus pour rentrer....

Journal

Sur le Chemin du retour.

Après avoir quitté l'Estuaire, sur le Chemin du retour, les "Grands Espaces". La matinée est déjà bien avancée. Dans les Palus, le Brouillard se dissipe après s'être accroché dans les Pruneliers en fleur et les Tamaris. Une Cigogne quitte son Nid, part à la recherche de Mulots et de Grenouilles. Entre les deux Rives, pas très loin de la "Rivière", tout près de l'Océan, les Chevaux sont ici chez eux....

Archives
2016
2017