Les Chemins du Médoc: Blog photo sur le Médoc
Un blog photo sur le Médoc

Au fil du temps, des moments inattendus, improbables, des lieux sublimes, sur les chemins du Médoc

Derniers articles

Journal

Le lac

En janvier, il y a des jours sans vent, sans bruit. Le lac est alors aussi blanc que le ciel du matin. Tout est sens dessus dessous. Les bouées des corps-morts perdent la tête, la mouette se regarde voler sur le miroir de l'eau. Avec un goutte d'imagination, les bateaux peuvent s'envoler. Près des berges, des poissons et des oiseaux se cachent dans les roseaux...

Et puis un pêcheur manoeuvre au large et le lac réapparaît en de lentes ondulations.

Journal

Les grues cendrées

Dans la forêt de pins les premiers rayons du soleil dissipent les brumes matinales. C'est l'heure où les grues cendrées qui passent l'hiver ici, quittent leur dortoir. Elles vont banqueter toute leur journée dans les champs tout proches. Et comme tous les jours en fin d'après-midi, juste avant que le soleil ne se couche, repues, elles reprennent ensemble le chemin de l'étang tout proche...

Journal

Hier soir

C'est pour des moments comme celui-ci que le soir j'aime prendre le chemin qui longe l'océan. Au pied des dunes, la lumière du soleil couchant métamorphose le paysage. Le temps se fige, l'imagination et la réalité se percutent.... On est au bord du monde. La sérénité s'empare de vous, de tout...Magnifique planète!

Journal

Bonne Année 2019 sur les chemins du Médoc


Journal

Il fallait regarder ailleurs

Beaucoup sont venus fêter Noël au bord de la mer. Les villas sont ouvertes pour quelques jours. Le temps de se retrouver et d'ouvrir les cadeaux. En fin d'après-midi, malgré le temps incertain, on prend la direction du front de mer. On discute, on rit et l'on attend patiemment que le soleil passe de l'autre côté. Mais ce soir là, il fallait regarder ailleurs, tourner le regard, côté sud, le long des dunes...Une lumière inhabituelle baignait la côte et la plage.

Journal

Un orage passe sur la presqu'île

Arrivé par le nord ouest de l'océan, le mauvais temps file en grondant au dessus de la forêt de pins et traverse la presqu'île. Tout au fond de l'horizon, des coups de tonnerre se succèdent. Sur la plage déserte, la lumière est métallique. Des lambeaux de nuages glissent sur la grève. Un peu plus tard, du côté de l'estuaire, au pied des rangs de vignes, pas encore bousculé par la tourmente le soleil du matin éclaire violemment les marais sur un ciel noir d'encre...

Journal

Dans les palus

Un matin de Décembre. Le jour se lève. Une lumière d'or laque les mares. Au dessus de l'estuaire, des avions laissent derrière eux des portées interminables. Un héron cendré quitte son nid et donne le la. Les arbres et les haies qui bordent les près dessinent des Jiànzhis. En quittant l'horizon, le soleil illumine la peupleraie et les palus, encore figés par le blanc des premières gelées et fumants de brume...

Journal

Dans les marais

Comme souvent, dans les marais, l'aube est flamboyante. Le soleil monte lentement au dessus de la forêt, me laisse le temps de prendre des clichés. Un vol d'étourneaux passe au dessus du chenal. Ils ont passé la nuit dans la rosière et se dirigent maintenant vers les palus en bordure de l'estuaire. Toute la nuit, les tétragnathes ont banqueté et laissent sur place leur incroyable piège d'argent tout le long de la lisière.

Le temps avance, la lumière blanchit doucement. Dans quelques instants tout sera effacé...

Journal

Les deux chênes

Dans la forêt de pins qui longe l'océan, une parcelle déboisée. Au milieux des ajoncs et des genêts, deux jeunes chênes solitaires ont été épargnés. Je pense au bucheron qui est passé là, tout à côté de ces arbres et les a préservé. Sans cette clémence, ce matin de novembre, le paysage ne serait pas ce qu'il est et n'exciterait pas notre imagination. Sans doute ne me serais je pas arrêté...

Journal

Hier soir, au bord de l'océan

L'avenue qui mène à l'océan est déserte. Sur le front de mer, bien peu de monde. Il faut dire qu'il a plu tout l'après-midi. Peu de chance ce soir, de voir un coucher de soleil.

Et pourtant; intrigués par l'étrange lueur de cette fin de jour, quelques badauds sont venus. Ils ont bien fait.
Hier soir, entre deux averses, il y a bien eu un coucher de soleil. Un étrange coucher de soleil dont la luminosité orange frappait le dos des nuages, retombait en poussière sur les dunes et l'océan fumant.
Une étonnante luminosité enveloppait l'espace, donnant cette impression absurde, que tout s'était arrêté et d'être au point même où le soleil se couchait.

Archives
2016
2017
2018
2019

Mise à jour

Veuillez Patientez...