Les Chemins du Médoc: Blog photo sur le Médoc
Un blog photo sur le Médoc

Au fil du temps, des moments inattendus, improbables, des lieux sublimes, sur les chemins du Médoc

Dans les marais, le jour arrive

Jean Le Gabier

Lentement le jour arrive. Le brame du cerf. Le cri du faisan. La terre continue son voyage.

Des soirs de cuivre et d'or

Jean Le Gabier

Des matins brumeux.                                                                                                                                   Des soirs de cuivre et d'or.                                                                La grève, le refuge

Un matin d'octobre

Jean Le Gabier


Au bout du chemin
Le soleil se lève
Doucement
La nuit se dissipe

Au petit matin
La forêt se réveille
Etonné
Quelqu'un m'attend



Des morceaux de ciel cuivrés

Jean Le Gabier

Fin septembre. Le soir tombe. Au bord de la presqu'île, sur la plage déserte, l'océan dépose des morceaux de ciel cuivrés...

Un matin en Médoc

Jean Le Gabier

Sur la route qui mène de l'océan à l'estuaire, une biche imprudente quitte avec retard le pré qui jouxte la forêt. Plus loin un faisan fait le fier; non moins imprudent, surtout en cette saison...Au bout du chemin, l'estuaire, fantasmagorique. Un matin en Médoc. Sans nul doute...

Le jour se lève

Jean Le Gabier

Dans les marais, tout près de l'océan, un jour de septembre se lève...

Premier jour de septembre

Jean Le Gabier

Premier jour de septembre. Le soleil glisse doucement de l'autre côté. Sur la plage désertée, les dernières lueurs du jour s'accrochent aux morceaux d'océan laissés là par marée ...

Les aigrettes de l'estuaire

Jean Le Gabier

Au bord de l'estuaire, sur l'estran à l'embouchure de l'estey, une aigrette pêche tranquillement. Une intruse éffrontée se pose tout à côté. Sans sommation, la première arrivée, peu prêteuse, la chasse à grands cris.

Les vagues font la fête

Jean Le Gabier

Les jours gris, aux pieds de Cordouan, les vagues font la fête...

On leur dit que l'on est bien ici

Jean Le Gabier

Les soirs d'été, on vient au bord de la presqu'île pour s'assoir au pied des dunes et regarder le soleil poursuivre son chemin. Tout en regardant l'océan, on téléphone à ceux qui n'ont pas le privilège d'être ici. On leur dit que l'on est bien, que l'on va leur envoyé une photo...

Mise à jour

Veuillez Patientez...